AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Krystian, l'éternel insatisfait |Terminé|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Krystian Swaxx

Jäger
Trash Dealer

avatar

Messages : 11
Origine : Américaine
Statut : Les deux ~

Carte de Séjour
Genre: Ambivalent
Relations:

MessageSujet: Krystian, l'éternel insatisfait |Terminé|   Mar 21 Juin - 1:26

    [x] Identité : Krystian Swaxx nommé aussi le Trash Dealer
    [x] Age : 27 balais
    [x] Race : Humaine, avec un sang légèrement hybride issus de l’union d’un vampire et de son arrière arrière arrière … grand-mère humaine, d’où ses yeux rouges (un petit reste en gros)
    [x] Spécialités : Il possède une force un peu plus élevée que la moyenne pour un humain et une vivacité étonnante. Ancien adepte d’une discipline de rue se nommant « le parcours » (oui pour semer les flics c’est bien utile) il est de ce fait très agile sur tout terrain, aussi artistique qu’efficace. Du fait de son ancien métier il sait aussi très bien viser que ce soit avec une arme que comme avec un caillou~


--------------------------------------------------
.:: Caractère ::.
--------------------------------------------------


Soyons honnête, qui n’a aucun mauvais côté ? Oui et là vous vous dites soit « moi », les « bonnes sœurs » ou les « curés ». Mais c’est faux, nous avons tous nos défauts sauf que Krystian lui est une boule de vices à lui tout seul. Cherchez de la générosité dans les entrelacs de mauvaise foi, de supériorité et d’égoïsme, bingo le noir total et absolu. Chez lui tout se marchande, pas question de faire preuve d’altruisme gratuitement. Tu veux quelque chose, okay coco passe à la caisse. Il n’a aucun tabou, après avoir passé la majeure partie de sa vie dans les milieux glauques il est devenu un fervent consommateur de drogues en tout genre, d’alcool et de sexe. Décomplexé et d’une assurance désarmante il n’hésite pas à être tout bonnement infecte avec ceux qui l’entourent. Bien sur le fait qu’il soit bazardé dans un milieu comme celui d’Antarcia à changer un peu la donne pour ce qui est de l’alcool et de la drogue, ce qu’il vit parfois très mal. Si il y a bien une chose qu’il déteste par-dessus tout c’est qu’on lui dise qu’il a tort … oh oui ne vous aventurez pas sur ce terrain glissant vous pourriez le regretter. Outre ces joyeusetés si l’on creuse un peu, non en fait énormément on découvre quelqu’un de… pourri jusqu’à la moelle que la vie a façonné à son image. Vous vous attendiez à quoi au tendre traumatisé ? Ne rêvez pas. Possessif, colérique, il s’emporte facilement et n’hésite pas à en venir aux mains. Un peu étrange sur les bords il parle à tout et n’importe quoi, à son lit, son couteau, un arbre, un animal … Je n’ai pas dit que la bête était saine d’esprit, de toute façon il faut être un petit peu dérangé pour tabasser son fournisseur de coke à coup de maillet juste parce qu’il manquait 10 petits grammes de poudre … M’enfin, on est comme on est comme dirait l’autre, oui celui en vous qui susurre a votre oreille de faire tout ce qu’il vous plait. Qu’ouïe-je ? Vous ne l’entendez pas ? … Kristian lui en tout les cas sait l’écouter.

--------------------------------------------------
.:: Mémoire ::.
--------------------------------------------------


Mon existence ? Ca vous intéresse ?! Non sans blague et en plus vous ne payez rien pour lire ça … pff je perds mon temps. Non ?! Je suis obligé ? Rha okay okay c’est bon … Vous êtes sûrs, pas une lame ? Pas un flingue ? Pas une mandarine ?

Bien, alors pour faire comme tout le monde ou presque, je suis né dans une famille moyenne, sans frères ni sœurs. Une éducation dont je me foutais royalement au grand dam de mes parents jusqu’à ce qu’une vérité effroyable (enfin surtout pour mon père) nous tombe dessus. J’avais douze hivers lorsqu’il apprit que je n’étais pas son fils, en fait ma mère, infirmière de nuit à ce qu’elle disait c’était tapé la moitié du service. Ca commence bien hein ? Ceci fait, car la vie fait toujours très bien les choses, il prit ses cliques et ses claques et s’en alla, me laissant seul avec ma nymphomane de mère. Par la suite j’appris du haut de mes douze pommes qu’en fait elle faisait un métier de grand comme elle l’appelait, prostituée quoi. Son client le plus fidèle était un mafioso italien, directeur d’une branche de trafic de drogue.

La toute première fois que je goutais à cette jolie poudre blanche c’était après avoir fouillé dans les affaires de l’auteure de mes jours. J’ai commencé jeune. Et puis j’ai fugué de nombreuses fois, rencontré des gens peu fréquentables aux alentours de 14 ans qui m’initièrent au parcours. Le sport le plus intéressant que je n’ai jamais pratiqué, un loisir véritablement trippant si je peux me permettre. Ils m’ont aussi fait découvrir l’ivresse des premiers crimes, s’enfuir à travers ville et toits pour ne pas se faire prendre, semer des flics armés, c’était réellement stimulant. A 16 ans j’avais définitivement fuit ma mère et ses clients étranges qu’elle ramenait, je trouvais qu’ils avaient dès fois sur moi les mains trop baladeuses. Mais quand j’ai compris que je pouvais en tirer un bon paquet d’argent je me mis à faire comme elle. Finalement je ne valais pas mieux qu’une pute prête à tout pour se payer sa dose. Et pourtant je ne perdais pas un seul instant l’estime que j’avais de moi et mon amour propre, finalement j’aimais bien ce que je faisais.

Je commençais à tourner très mal, si bien que le jour où un dealer incompétent fut incapable de me fournir la dose demandée je lui rétamais gentiment la face. J’en profitais pour lui tirer les vers du nez et lui faire cracher le nom de ses employeurs. Il m’indiqua un nom et un lieu. Je m’y rendis et déposa avec culot ma candidature spontanée pour devenir l’un des leurs. Quelques jours plus tard une personne plutôt bien mise vint me trouver dans mon appartement au cœur de Manhattan. Sur mon CV j’avais mis que j’avais été frappé par l’incompétence de leur livreur et que leur cher boss c’était enquillé ma mère. Apparemment ça avait fait mouche. Puisque j’eus l’immense privilège d’avoir eu à faire à leur patron en personne. Je passerais les détails qui m’ont valu quelques cicatrices, mais j’avais été accepté. En quelques années je gravis les échelons, jusqu’à faire des « courses » comme on les appelle pour le boss. C’est-à-dire faire un peu de nettoyage … parmi mauvais clients. Et justement parmi ceux là et sans vraiment balancer, il y avait des personnes haut placées. Ils étaient en retard sur la drogue comme sur les services de filles. J’avais 27 ans quand un faux pas me conduisit là où je suis maintenant.

Le parrain était mort trois ans plus tôt, et pour une fois je n’y étais pour rien. Un successeur fut nommé, un jeune qui ne laissait personne indifférent. Son fils ? Aucune idée… En tout cas je ne valais pas mieux que les autres. Il avait un charme magnétique, c’était étrange. Je fus nommé à sa garde rapprochée, il se passa quelque chose qui n’aurait jamais du se produire … Pour fois dans ma vie je crois que je me suis offert sans arrière pensée, plan de carrière ou fric. Au fil des mois nous étions devenus plutôt proches. J’aurais tué n’importe qui pour lui, être tueur à gage ne me posait aucun problème, les gens je les shootais depuis que j’avais ma majorité alors … Mais là ce devait être la personne de trop que j’avais éliminé. Un député et sa femme, adeptes de plaisirs sordides. La chose à laquelle je ne m’attendais pas c’est qu’il me livre à la police d’état, avec toute ma petite liste de politiques. Il ne m’adressa pas un mot, pas un dernier regard. Je compris que c’était lui qui m’avait balancé en reconnaissant son écriture sur le morceau de papier qui m’incriminait. L’enflure avait fait cela pour se blanchir encore un peu plus, il avait pactisé avec le diable. Je crois que le coup de grâce c’était d’apprendre que c’était un flic surentrainé des stup’ qui avaient fait tomber tout le réseau. Je m’étais fait avoir comme un bleu, comme quoi il n’existe que des relations intéressées … J’étais réellement dégouté.

Je fus considéré comme un criminel dangereux pour l’état, et sans comprendre ce qui m’était arrivé, ni comment j’avais atterrit là, je suis réveillé sur une plage. J’étais content de ne plus me retrouver derrière les barreaux de cette cellule moisie, mais … j’ai vite déchanté.


--------------------------------------------------
.:: Vous ::.
--------------------------------------------------

    [x] Age : La majorité, soit 1…2… … 18 bouteilles de vodka
    [x] Expérience dans le RP : 2 ans~
    [x] Première impression du Forum : *ç*
    [x] Des Améliorations à apporter ? –nothing for capsules-
    [x] Code du Forum : [Code bon pour Noham]

Revenir en haut Aller en bas
http://under-world.forumgratuit.org/
Noham Raeddys

Jäger
Bloody Puzzleman

avatar

Messages : 283
Origine : Hongroise
Statut : Prédateur&Proie

Carte de Séjour
Genre: Dominant
Relations:

MessageSujet: Re: Krystian, l'éternel insatisfait |Terminé|   Mar 21 Juin - 16:21

Bienvenue parmi nous très cher !

Eh bien rien à redire tu es validé ;3

Tu peux demander un rang dans les doléances et commencer à jouer !

Good luck x)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 

Krystian, l'éternel insatisfait |Terminé|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Antarcia :: Le Berceau :: La Base de Données :: Fiches Validées-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit